Laurent Dequick


Architecte de formation, le travail de ce photographe s’en trouve marqué puisqu’il s’agit en premier lieu d’une réflexion sur la ville contemporaine et plus spécifiquement sur le foisonnement de l’espace urbain moderne.

Son propos est de transmettre avec exactitude l’impression de frénésie qui découle de la densité de population et de l’activité en zone urbaine: « Au détour des rues, les lumières, les bruits, le trafic des voitures, le fourmillement des piétons, le mélange des odeurs, sont si prenants qu’aucune prise de vue unique ne peut en capter l’intégralité. Faudrait-il donc faire des choix ? Je ne le crois pas, je ne le veux pas… »

Pour traduire en image cette « congestion » de vie urbaine, il n’hésite pas à juxtaposer, superposer ou encore incruster les prises de vues. Il imbrique avec la même intensité des photographies représentant des ensembles architecturaux, des axes de circulation et des personnes. Il condense les images comme la ville condense la somme des vies de tous ses habitants.

[oqeygallery id=19]